picture by Patrick Bar.

.

Au commencement de la performance, je me présente assis sur le tronc d’un frêne tombé sous les orages répétés du mois d’août. Recouvert de glaise blanche, j’invente des symboles à partir des mots de quatre lettres de la lan-
gue anglaise, réputés profanes, païens - entre autres ‘love’, ‘fuck’, ‘lost’, ‘hell’, ‘bite’… que j’inscris sur mon corps avec une argile verte.
A la suite de quoi je remonte le long du tronc, sans utiliser mes mains, mais en tâchant d’imprimer sur son écorce les symboles que je porte. Cet exercice compliqué finit par me jeter par terre. Je gis quelques temps où je suis tom-
ber, avant de me redresser, de saisir une des torches qui éclairait la scène, et de disparaitre dans l’obscurité du bois.

Bête morte, monstre humain.
Habile d’un language, il redevient primate pour l’effacer.

.

Dead beast, human monster.
Skillful from a language, he becomes primate again to erase it.

.


Enkidu (2017) from Claude Boudeau on Vimeo.

video by Fabien Guillermont.

Restitution of the residency at Hermitage, Autrêches - France / with collective Parabole.